Sault - Montbrun les Bains

Infos pratiquesInfos pratiques
Longueur : 12.0km
Durée : 4h
Dénivelée positif : + 271m
Dénivelée négatif : - 400m
APIDAE
Bulletin météoBulletin météo
Sault

Sault

Actuellement

15/05/2021

7 °
Pluie
Pluie
12.7 km/h
15/05/2021
Pluie
5 ° | 14 °
Prévisions :
16/05/2021
Pluie
7 ° | 12 °
Téléchargements


MONTBRUN-LES-BAINS

L’arrivée à Montbrun-les-Bains, depuis Sault et Aurel, permet d’admirer la silhouette du village (classé comme « plus beau village de France »), dominée par les ruines du château seigneurial, reconstruit dans les années 1560 par Charles Dupuy-Montbrun, qui fut une des figures du protestantisme dauphinois lors des guerres de religion.
 
A l’exception de ce château, le village ne conserve pas de lieux de mémoire de l’implantation protestante. Alors que le bourg était un des bastions protestants à partir des années 1560, dominé par la famille Dupuy, qui adhère à la Réforme, la période de la révocation semble avoir mis fin à la présence protestante à Montbrun. Nombre de protestants ont fui le village pour rejoindre la Suisse (Genève, Zurich, Neuchâtel, Schaffhouse) puis l’Allemagne (Francfort) et ceux qui restent subissent des brimades continuelles. Aussi, après l’Edit de Tolérance, on ne retrouve pas de déclaration de protestants destinées à légaliser leur état civil.
La seigneurie appartint aux d’Agoult et aux Mévouillon, ensuite aux du Puy. Au cours de la période médiévale et moderne, l’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon y possédait un prieuré, situé dans la plaine. Elle percevait les revenus et assurait le service religieux de plusieurs églises. Toutes furent détruites pendant les guerres de religion et seule fut reconstruite, au XVIIe siècle, l’église du village.
 
Héritier d’une des plus vielles et illustres familles du Dauphiné, Charles du Puy-Montbrun est un capitaine huguenot des guerres de religion qui devint le chef des protestants du Dauphiné avant François de Bonne de Lesdiguières. Il se bat avec une bravoure à toute épreuve qui l’a fait surnommer le Bayard protestant, ou le Brave.
 
En 1563, il est adjoint du Baron des Adrets à Lyon et on le dit responsable des massacres qui s'y commettent. Il est à Moncontour en 1569 et, après cette défaite protestante, retourne avec Lesdiguières en Dauphiné ; ils battent le chef catholique de Gordes au passage du Rhône. En 1574, il met le siège devant Serres et, avec Lesdiguières, bat les catholiques du capitaine Gargas ; la ville se rend peu après. La même année, il refuse à Henri III le passage sur le pont de Beauvoisin quand celui-ci revient de Pologne, après la mort de son frère Charles IX, lui répondant que « Les armes et le jeu rendent les hommes égaux » et que « lorsqu'on a le bras armé et le cul sur la selle, tout le monde est compagnon ».
 
En 1575, dans une bataille près de Die, il anéantit une troupe de près de 4000 Suisses. Poursuivi par de Gordes après le siège de Châtillon, il est blessé et fait prisonnier à la bataille de Blacons. Jugé à Grenoble, il est condamné à mort par arrêt du 12 août 1575 et exécuté le lendemain, le roi lui ayant refusé la grâce. Sa fierté en impose aux juges qui, redoutant une révolte le jour de son exécution. Ils lui enjoignent de ne rien dire au peuple, s'il ne veut avoir la langue coupée. Il est porté dans une chaise au lieu de son supplice car il a eu la cuisse cassée dans le combat. Ses descendants obtiennent, en 1620, des lettres patentes de Louis XIII d’érection de la terre de Montbrun en marquisat A la suite de la Révocation, ses descendants abjurent et demeurent seigneurs du lieu.

De la période médiévale, datent plusieurs portes et des traces de l’enceinte villageoise de la fin du XIVe siècle, dont la tour-beffroi, inscrite comme monument historique. Le village s’est développé au sud du village médiéval d’abord le long d’une rue droite (appelée rue Notre-Dame car elle rejoignait une chapelle et un cimetière) puis en contrebas. Dans les années 1860, des thermes sont construits et un établissement thermal fonctionne jusqu’à la première guerre mondiale. L’exploitation des eaux sulfureuse est reprisse à la fin des années 1990 et un nouvel établissement thermal est alors construit.

Source AEVHL (Association d'études vaudoises et historiques du Luberon) et Alexandre Vernin - PNR des Baronnies Provençales

 -
Aucun commentaire pour le moment
Auteur :
Message :

 

{map_interactive}
Alerter Vous pouvez participer à la qualité de cette rubrique ! Merci d’alerter l’Office du tourisme de l’étape des données erronées que vous auriez constatées.

Offices de tourisme à proximité

Hébergements Partenaires $param{Sitra_Libelle_Hebergement_Partenaire

Autres Hébergements

Restaurants

Autres Services

Haut de page