Malvoyant
  • Version française
  • English version
  • Deutsche Version
  • Versione italiana
  • Nederlandse versie
  • Imprimer
  • Obtenir la version pdf de la page
  • Augmenter la taille des caractères
  • Diminuer la taille des caractères
  • Plan du site
  • Contact

Grenoble - Biviers

Carte
Dénivelé
Longueur 11.0km
Durée 5h
+ 801m
- 566m
Patrimoine

LE GRÉSIVAUDAN : SAVOIR-FAIRE 

 
Ce descriptif patrimonial a pour objectif de présenter les paysages induits par l’activité autour et dans la ville de Grenoble à l’époque de la révocation de l’Edit de Nantes, lors du passage des réfugiés à Grenoble et leur cheminement sur les chemins de la vallée du Grésivaudan.

Le fer est connu depuis l’Antiquité dans le massif de Belledonne. On l’extrayait d’abord de filons affleurant le sol, puis on creusa des mines. Le minerai était épuré, désulfurisé et décarbonaté et transformé par réduction dans un bas-fourneau. On en retirait une masse de fer spongieuse, la loupe de fer. Un séjour prolongé de cette masse sur des charbons de forge permettait un enrichissement en carbone. On obtenait ainsi des aciers de diverses nuances. De la qualité du bois utilisé dépendait la réussite de la coulée de fonte. 

Au fil du temps, le bois devenant cher et rare, les hauts fourneaux furent améliorés et le bois remplacé par du coke. Depuis, le fer de Lorraine était produit à un coût inférieur et les hauts-fourneaux de la vallée du Grésivaudan cessèrent peu à peu leur activité.

Le haut-fourneau de la forge d’Allevard dans le Grésivaudan produisit ainsi des aciers considérés à la fin du 18ème siècle parmi les meilleurs du royaume.

Les forêts, au 17ème et 18ème siècle, sont épuisées par le développement des haut-fourneaux, le défrichement lié aux cultures sur brûlis et la recherche de bois d’œuvre  pour la construction et la marine à Toulon. Les mâts et antennes des navires à voiles doivent être légers, résistants, souples et élastiques. Seuls les résineux à croissance lente et à cernes fins, soumis à de longues saisons de froid rude satisfont à ces exigences : sapins et pins de montagne. Le commerce du bois pour la marine est exempté de droits de douane et de péage. Par contre, l’acheminement des grands bois, de la coupe à la rivière -où les radeliers les prennent en charge- cause de graves dégâts aux chemins. 40 à 50 paires de bœufs peuvent être impliqués pour l’extraction des mâts de plus de 30m. A La Tronche se trouvait un chantier d’entrepôt et de stockage des bois de la marine de Chartreuse.

Autre activité artisanale dévoreuse de bois, la poterie de terre, très présente à Grenoble et en Grésivaudan au 17ème siècle. (La Terrasse, La Flachère, Saint-Pancrasse…)

La pierre est, aux siècles précédents, le principal matériau de construction après le bois. A Grenoble, la pierre de taille, calcaire provenait principalement des carrières de Fontanil, de Sassenage et de la Porte de France. Elle servait surtout à la construction de châteaux, monuments publics…

On recense également des carrières de belles pierres à Laffrey, à Tullins et à Voreppe (pierre tendre). Le tuf de carrières au Sud-Ouest de Grenoble sert à construire les églises de Vizille, Notre-Dame-de-Mésage, Saint-Georges et le château de Vizille. Les pierres à plâtre sont extraites à Champs et Vizille où on trouve une lentille d’albâtre enfouie sous l’abbaye de Notre-Dame-de-Hautecombe.

La chaux, servait au mortier, liant entre les pierres de construction et au chaulage des terres lourdes et argileuses de la vallée de l’Isère, dans le but de les alléger. Ainsi les paysans purent sortir d’une agriculture de subsistance et vendre une partie de la production. Dans le Grésivaudan le site de production d'une chaux de bonne qualité et en quantité importante se situe à Barraux.

La rivière Isère, navigable à partir de Montmélian, supportait, probablement depuis le Néolithique, des radeaux et des pirogues. Les gallo-romains développèrent  une navigation commerciale importante avec des bateaux à fond plat. Outre de nombreux  ports ruraux, il y avait les ports urbains de Grenoble : le port de La Roche en rive droite, les ports de la Madeleine, de la citadelle et de la Graille en rive gauche. Des moulins à eau étaient aussi installés le long de la rivière.

Relativement indépendant du centre-ville jusqu'à la fin du 18ème siècle, l'île Verte, un quartier de Grenoble, situé dans un méandre de l'Isère à la sortie nord de la ville, devient un lieu de passage incontournable en direction de la vallée du Grésivaudan, grâce à la construction du pont de l'Île verte reliant Grenoble à La Tronche. Les dernières murailles des fortifications qui le séparaient du centre-ville sont détruites en 1959, permettant de créer le boulevard Maréchal Leclerc. Ce quartier est actuellement un des plus peuplés de la ville, du fait de ses grands immeubles (les trois tours, mais aussi l'immeuble en « S »).

Au 18ème siècle, la Tronche est un village animé autour du bac et de la vie artisanale des chamoiseurs, des faïenciers, cordiers… On pratique la culture des vignes sur la colline du Rachais, au-dessus de la Bastille, et principalement du chanvre dans les plaines. L’ile verte est dédiée à la vie pastorale et à la culture ; les ouvriers de la Petite Tronche y viennent quotidiennement en bac pour effectuer des travaux agricoles. Ces quartiers sont situés en bordure de l’Isère, le principal moyen de transport de marchandises avant le 19ème siècle. Ailleurs d’autres bacs permettaient le passage d’une rive à l’autre.

Le bac de Claix fut établi par Lesdiguières pour le transport des produits maraîchers vers les marchés de Grenoble. Un pont remarquable est construit sur le Drac à l’endroit ou les travaux d’endiguement de Lesdiguières fixent son cours. Construit début 17ème siècle, les paysans continueront d’utiliser le bac en raison de son prix modique. Les bacs à traille sont apparus au 14ème siècle et assuraient le transit des barques d’une berge à l’autre. Le traille (gros câble en chanvre) tendu entre les rives, maintenait la barque fixe par rapport au courant.

A l’époque romaine est construit le pont qui restera le seul  à Grenoble (régulièrement détruit par les crues, il était en bois ou en maçonnerie), aujourd’hui le pont piéton.

Déstabilisant la ganterie rivale de Grasse, la révocation de l’édit de Nantes permet à la ganterie grenobloise un développement important. La fin du 17ème et le début du 18ème siècle symbolisent alors une grande prospérité économique pour la ville et ses alentours, dont la vallée du Grésivaudan. A la fin du 18ème siècle, cette activité procurait déjà du travail à plus de 5000 personnes. Les ouvriers-coupeurs se réunissaient dans les ateliers, alors que les couturières et les brodeuses travaillaient, pour la plupart, à domicile dans les parties les plus reculées du pays.

Autre aspect déterminant pour la lecture du paysage en Grésivaudan au 17ème siècle: la forme et l’orientation des parcelles des propriétés, étroites, linéaires et profondes. Situées sur le coteau, perpendiculaire à l’Isère, ces parcelles intègrent un accès à la rivière aménagé selon la distance à la rivière et la hauteur sur le coteau. On y cultive les terres basses avec leurs propriétés de fertilité et d’humidité particulières, mais tributaires des crues. Puis en remontant on trouve des prés, des vignes dans les terroirs secs et caillouteux du coteau  et pour finir, tout en haut, du bois… 

Après les guerres de religion, il y eut un grand mouvement d’expansion agricole. On voulut tout livrer à la charrue, défricher tous les bois jusqu’au bord des rivières même. La vogue du défrichement au début du 17ème siècle fut calmée par les inondations du 14 et 30 novembre 1651. La Cour du Parlement par des arrêts de 1651, 1655, 1672, 1682 interdit de défricher des bois, surtout en montagne.

Sources : Histoires des chemins du savoir-faire de la Vallée de l’Isère au pied de la bastille. Document de l’Association Trans’Savoir-Faire créée en 2007 à l’initiative de l’APHID, Patrimoine et développement, Patrimoine Meylannais, Union du quartier Ile Verte et l’Union de quartier petite tronche. Une exposition temporaire sur le sujet a eu lieu en 2007 avec l’aide du SIPAVAG et de la municipalité de La Tronche.

Blog de Pierre Blanc – Biviers.

L’endiguement de l’Isère en Grésivaudan par Maurice Agard dans la Revue de géographie alpine de l’année 1942. 

Vue sur Grenoble depuis la Bastille - Vignes au-dessus de La Tronche - Le chemin des processions - Sentier au-dessus de Biviers -

Information touristique

Espace naturel sensible du Bois de la Batie   Saint-Ismier

126227_2

A proximité de Grenoble, le bois de la Bâtie est le témoin de la richesse écologique de la vallée du Grésivaudan. Venez découvrir une forêt alluviale préservée, un plan d’eau, un verger conservatoire et des mares pédagogiques.

Esprit Japon : carte blanche à Martine Rey   La Tronche

Affiche_40x60

A partir du 22 décembre, le musée Hébert organise une exposition autour du dialogue entre les cultures des deux pays en présentant des artistes vivants japonais et français : « Esprit Japon, carte blanche à Martine Rey » artiste en laque.

Téléphone : 04 76 42 97 35

Parc du musée Hébert   La Tronche

photo pour site O.T.

Magnifique parc avec l'étang des Nymphéas, la fontaine au masque romain, le miroir d'eau et la roseraie. Labellisé "Jardin remarquable".

Téléphone : 04 76 42 97 35

Mairie de Corenc - La Condamine   Corenc

Ancienne maison construite en 1915 par la famille Bouchayer, la Condamine abrite aujourd'hui la mairie de Corenc. Evolution stylistique des différentes pièces, vitraux du Salon d'Hiver, bibliothèque Art Nouveau, sculptures...

Téléphone : 04 76 18 50 00

Église Saint-Pierre   Corenc

Eglise du XIXe siècle, restaurée, de style byzantin. Des toiles de Jules Flandrin y sont exposées.

Musée Grenoblois des Sciences Médicales   La Tronche

musee-sciences-medicales-01

Dédié à la conservation et la valorisation du patrimoine hospitalier, cet espace propose un regard sur l’histoire de la santé. L'exposition temporaire : La pharmacie hospitalière de Grenoble à l’aube du XXe siècle.

Téléphone : 04 76 76 51 44

Château de Bouquéron   Corenc

38126_1_2

Dominant la vallée du Grésivaudan, l’ancien château de Bouquéron est édifié sur un escarpement rocheux à l’entrée de Corenc, sous les falaises du Saint-Eynard, dans un site protégé.

Téléphone : 04 76 18 50 00

Eglise Saint-Ferjus de la Tronche   La Tronche

Eglise construite au siècle dernier. Très belle peinture du peintre Hébert : une vierge de la délivrance.

Téléphone : 04 38 38 00 38

Parc de la Villa des Alpes   La Tronche

Petit parc pour la détente et le sport

Téléphone : 04 76 63 77 00

Le Jardin de l'Eygala   Corenc

sitraPCU781189_189329_jardin-eygala

Un jardin exceptionnel: 300 pieds de rosiers, plantés dans des plate bandes, dans des compositions avec des plantes annuelles et bisannuelles.

Téléphone : 04 76 41 06 64

Château d'Abel Servien, dit château "Serviantin"   Biviers

38AASOR100145_chateau-servien

Ce château remarquable du Grésivaudan est composé de deux corps de bâtiment en "L", hérissés de 3 tours. Il a subi une longue évolution architecturale depuis la Renaissance jusqu'au XIX°siècle et abrité 4 générations de seigneurs de Biviers (1500 à 1655).

Parc du Château de Miribel   Montbonnot-Saint-Martin

Parc du chateau de Miribel qui abrite aujourd'hui l'Hôtel de Ville. En terrasse face à Belledonne, il abrite des espèces remarquables : gingko-biloba, micocoulier, filaria, tulipier de Virginie...

Musée Hébert   La Tronche

musee-hebert-01

Labellisée "Maisons des illustres", la maison d’été d’Ernest Hébert (1817-1908) entourée de jardins, est un rare témoignage de maison d’artiste en Rhône-Alpes. Le bâtiment « De l’autre côté » expose des artistes contemporains.

Téléphone : 04 76 42 97 35

Commentaires

Posté par Johannes le 14/10/2016 :

Attention ! Le poteau directionnel "La Buisse" qui indique la direction du village de Biviers et du Centre Saint-Hugues se situe à droite dans le bois, bien en retrait de la piste. Immédiatement après le réservoir d'eau il faut donc suivre le sentier balisé qui évolue parallellement à la piste, sinon on risque de passer sans voir le poteau qui n'est pas visible depuis la piste !!!



Posté par Johannes Melsen le 07/01/2012 :

A la fin de cette étape et non loin de la piste forestière qu'il faudra à nouveau rejoindre pour entâmer la prochaine étape vers Saint-Pancrasse, se situe le Centre de Saint-Hugues de Biviers.

En dehors des périodes de vacances scolaires ce centre peut accueillir des randonneurs pour une nuit.

Tél. 04 76 90 35 97  

http://www.st-hugues-de-biviers.org



Posté par Johannes Melsen le 08/11/2011 :

Pour les randonneurs avec des ânes cette étape n'est possible qu'à partir de la Vierge Noire. 



{map_interactive}
Vous pouvez participer à la qualité de cette rubrique ! Merci d'alerter l'Office du tourisme de l'étape des données erronées que vous auriez constatées.

Offices de tourisme à proximité

Hébergements Partenaires $param{Sitra_Libelle_Hebergement_Partenaire

Centre spirituel Saint-Hugues  Autres hébergements  Biviers

IMG_6289

Saint-Hugues, un centre spirituel ignatien animé par des laïcs, accueille tous les chercheurs de Dieu et les chercheurs de sens… Sur les hauteurs de Grenoble, cette maison à l’esprit familial est le lieu idéal pour prendre de la hauteur et se ressourcer.

Téléphone : 04 76 90 35 97

Autres Hébergements

Hôtel Les Trois Roses  Hôtel  Corenc

sitraHOT997933_443786_3-roses

Idéalement situé dans un quartier résidentiel , à proximité d'Innovallé et à seulement 2,5 km du centre de Grenoble, l'Hôtel Les Trois Roses - Inter Hotel - vous accueille dans une ambiance raffinée et chaleureuse.

Téléphone : 0476893961

Résidence Appart'City Grenoble Inovallée  Résidence de tourisme  Montbonnot-Saint-Martin

sitraHCO927310_443819_parkandsuiteseleganceinovallee

Etablissement récent (2012) 90 studios et appartements au coeur du quartier de la Technopole Inovallée (350 entreprises de pointes) Accolé à la Brasserie Quartier Gabriel, qui dispose aussi de 3 salles de séminaires

Téléphone : 0476151350

Les Voudènes  Chambre d'hôtes  La Tronche

Belle maison de caractère située au cœur d'un parc séculaire à la Tronche Marie-Hélène et Christian ont aménagé l'ancienne bibliothèque en une chambre d'hôtes spacieuse et de grand confort. Les petits déjeuners vous seront servis en terrasse ou au salon

Téléphone : 04 76 44 17 11
Téléphone : 06 73 71 25 72

Hôtel Le Dauphin Blanc  Hôtel  Saint-Ismier

38AAHOT100140_dauphin-blanc-st-ismier

Hôtel respectueux de l'environnement entouré de forêts et de montagnes, et situé à 15 minutes seulement de Grenoble. L'hôtel Le Dauphin Blanc dispose de 27 chambres spacieuses et bien équipées, dotées d'une connexion Wifi gratuite et d'un joli jardin

Téléphone : 04 76 52 26 60

Restaurants

Le Square  Restaurant  Saint-Ismier

LeSquare

Lieu synonyme de convivialité dans un cadre rénové, chaleureux et moderne. Plats traditionnels et incontournables de la cuisine actuelle, simples et faits maison. Apéritifs dînatoires, tapas, terrasse-jardin, possibilité de jeu de pétanque.

Téléphone : 04 76 52 40 73

La Villa  Restaurant  Montbonnot-Saint-Martin

laVilla

La villa, le plus grand cabaret dîner spectacle de Rhône-Alpes, soirées à thème du mardi au samedi soir. Restaurant traditionnel du lundi au vendredi midi.

Téléphone : 0476492969

Quartier Gabriel   Montbonnot-Saint-Martin

quartier-gabriel

Le lieu allie brasserie, bar, lounge, terrasse, salles de séminaire et salon privé. Cet espace contemporain vous accueille pour des prestations variées et vous propose des animations concert live et mix DJ club.

Téléphone : 0476630821

Restaurant La Cave  Restaurant  Saint-Ismier

la Cave

Un cadre propice à la détente et au plaisir. Cuisine d’une grande variété avec des mets raffinés, des plats de tous les jours et des recettes de saison selon les produits du marché. Coin lounge et terrasse panoramique, vue sur le massif de Belledonne.

Téléphone : 04 76 77 05 96

La Brasciol  Restaurant  La Tronche

sitraRES1024081_437175_labrasciolelatronche

La Brasciol est l'oeuvre de la famille Iannone, fondée en 1976. Les fresques murales aux couleurs chaudes, les vitraux et les murs chargées d’histoire crée un charme unique, et grâce à la terrasse l’été, le restaurant offre un agréable nouveau visage.

Téléphone : 04 76 54 21 61

Le café des Alpes  Restaurant  Corenc

592705049_1463493641

Venez déguster des plats montagnards avec une vue panoramique sur Grenoble et profiter de la fraîcheur d'altitude.

Téléphone : 04 76 88 01 01

Le Duo  Restaurant  La Tronche

le-duo

Dans un cadre chaleureux, venez découvrir une cuisine familiale traditionnelle basée sur des plats des produits frais. L’accueil sympathique et l’assiette gourmande vous feront passer de très bons moments.

Téléphone : 04 76 44 62 23

Restaurant la Corne d'Or  Restaurant  Corenc

DSC_8841

Surplombant la ville de Grenoble, le restaurant La Corne d'Or, situé à Corenc, offre une vue exceptionnelle sur le massif de Belledonne. Les convives peuvent savourer leurs plats tout en se délectant du panorama unique qui leur est proposé.

Téléphone : 0438866236

Les Trois Dauphins  Restaurant  La Tronche

les-3-dauphins-3

Norbert Sage est un inconditionnel du marché qui propose une cuisine à base de produits frais et de réalisation maison. Le le poisson occupe une place importante, complétée par un vaste choix d'huitres, fruits de mer et crustacés...

Téléphone : 04 76 54 49 73

Chez le Pèr'Gras   La Tronche

1379394664_1484554902

Ce bastion panoramique de la gastronomie grenobloise tient une place de choix parmi les lieux très fréquentés de la capitale des Alpes. Restaurant traditionnel soigné, Laurent Gras a obtenu en 2009 le titre de Maître Restaurateur, titre renouvelé en 2013.

Téléphone : 0476420947

Le Provence  Restaurant  Corenc

1418385425_1503664757

Une cuisine gorgée de soleil et d'embruns marins... Avec une spécialité de poissons.

Téléphone : 0476900338

Autres Services

Auteur :
Message :

 

Bulletin météo

Biviers

Actuellement

12/12/2018

6 °
Nuageux
Nuageux
0.9 km/h
12/12/2018
Nuageux
-9 ° | 6 °
Prévisions :
13/12/2018
Neige
-11 ° | -1 °
APIDAE